Pages Menu
Facebook
Categories Menu

Petit questionnaire de… Sabina Roman!

 

Crédit: Daniel Tehrani

 

1- Quelle formation es-tu en train de suivre et où étudies-tu?

J’étudie au collège Marianopolis dans le programme Sciences, Lettres et Arts.

 

2- Collaborer au projet des Horizons imaginaires, honnêtement, ça t’apporte quoi?

Être en contact avec des gens passionnés de littérature et, en général, de tout ce qui touche à la culture (locale ou internationale). Discuter avec eux, entreprendre des projets où nos capacités diverses sont mises à profit, afin de créer un objet dont nous pouvons tous être fiers, qui nous a fait grandir. Il y a un beau sentiment de réalisation, personnelle autant que collective, au sein de l’équipe des Horizons imaginaires.

 

3- Y a-t-il un endroit où tu préfères lire?

Dans les transports en commun! Même si ça peut être mouvementé, il y a un certain calme dans cet espace mi-collectif, mi-solitaire. Collectif parce qu’on le partage à plusieurs; solitaire parce qu’on n’interagit pas vraiment avec les autres, à moins de les connaître déjà.

 

4- Si demain, tu pouvais obtenir l’emploi de tes rêves, lequel serait-ce et à quoi ressemblerait ta journée de travail?

Mon emploi de rêve serait d’ouvrir un espace collectif voué à l’art et la culture locale. Ça serait une friperie, une librairie, une galerie d’art, une boutique de mode locale et un endroit pour accueillir des événements. Mes journées seraient différentes chaque jour, mais m’amèneraient surtout à être présente en boutique, à trouver des artistes qui voudraient y exposer leurs œuvres, à organiser des événements, et à assurer une présence sur les réseaux sociaux en créant du contenu visuel intéressant.

 

5- Qu’est-ce qui peut t’attirer vers une œuvre dont tu n’as jamais entendu parler avant?

Sa page couverture, sa maison d’édition, les critiques qu’elle a reçues, les recommandations de mes amis et de mes connaissances.

 


 

Articles déjà parus sur le blogue culturel des Horizons imaginaires

 

Chronique sur Thelma de Joachim Trier (Festival du nouveau cinéma)

Quand Montréal chante la fin du monde

Chronique sur Spoor d’Agnieszka Holland (Festival Fantasia)

Chronique sur le volet science-fiction des Fantastiques week-ends du cinéma québécois (Festival Fantasia)

La folie qui s’infiltre

Chronique sur A Ghost story de David Lowery (Festival Fantasia)