Pages Menu
Facebook
Categories Menu

Posté par le 6 Avr, 2018 dans Entrevues, Non classé | 0 commentaire

Entrevue avec Billy Robinson, libraire à la Librairie de Verdun

Entrevue avec Billy Robinson, libraire à la Librairie de Verdun

 

Par Sabina Roman

 

La Librairie de Verdun a vu le jour il y a plus de dix ans, alors que Philippe Sarrasin et sa conjointe, Joanne Méthé, achetaient la librairie Sons et Lettres, située sur la rue Wellington. Il y a deux ans, la librairie est déménagée à quelques coins de rue de là, dans des locaux rénovés, au 4750, rue Wellington. Elle fait partie du réseau des librairies indépendantes du Québec, et affiche, parmi ses nombreuses sections spécialisées, une belle section sur les littératures de l’imaginaire!

 

Dans le cadre de notre nouvelle série d’entrevues avec des professionnels de l’imaginaire, que mes collègues Adario et Yin Nan ont inaugurée par un entretien avec les éditeurs de la revue Brins d’éternité le mois dernier, j’ai décidé de faire une entrevue avec Billy Robinson, un des libraires de la Librairie de Verdun. Ce dernier participe avec enthousiasme à diverses initiatives qui mettent de l’avant les cultures de l’imaginaire au Québec. J’ai pu en apprendre davantage sur son métier et recueillir ses réflexions personnelles et professionnelles sur le rôle de la librairie indépendante au Québec, sur les littératures de genre, etc., en plus d’avoir un petit aperçu des projets à venir de la librairie!

 

Crédit photo : Sabina Roman

 

Sabina Roman : De qui est composée l’équipe de la librairie qu’on voit sur le plancher?

 

Billy Robinson : L’équipe compte à peu près une quinzaine de libraires, dont plusieurs travaillent ici à temps partiel. La semaine, on est surtout des libraires responsables des différents départements, donc des libraires qui s’occupent notamment des achats. Par exemple, dans mon cas, je m’occupe surtout des achats pour la section de la littérature québécoise, et depuis peu, je m’occupe maintenant de la section des littératures de l’imaginaire pour les adultes. C’est un créneau qu’on veut développer, donc ça prend un responsable de section qui sait ce qu’il faut commander, qui entretient de bons contacts avec les éditeurs de ce genre, etc.

 

Sabina Roman : Au jour le jour, à quoi ressemblent vos tâches de libraire?

 

Billy Robinson : Je suis libraire-acheteur et responsable des réseaux sociaux. Comme les autres libraires-acheteurs de l’équipe, qui sont responsables des autres sections (littératures étrangères, littérature pour la jeunesse, etc.), je fais tous les jours affaire avec les représentants des diffuseurs qui viennent ici, toutes les deux semaines ou chaque mois, pour nous présenter les nouveautés à venir des éditeurs qu’ils représentent. Puis, je décide des titres qu’on va prendre et des quantités à commander. C’est du travail de gestion d’inventaire, en gros. Évidemment, comme libraire, je vais aussi conseiller les clients et faire beaucoup de service à la clientèle, au téléphone, au comptoir, etc., et toutes sortes d’autres petites tâches connexes. Mais avant que tu ne me le demandes : non, je ne lis pas au travail! Je n’ai pas le temps! (Rires)

 

Sabina Roman :Et dans tout ça, qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail?

 

Billy Robinson : Moi, c’est vraiment le conseiller aux clients! Essayer de créer un lien spécial avec une personne, qui va faire en sorte qu’elle va revenir me voir, pour me dire ce qu’elle a aimé dans ce que je lui ai recommandé. Il y a aussi la recherche que je dois souvent faire pour bien conseiller mes clients : souvent, il y a des livres qui ne font pas nécessairement partie de mes genres préférés, donc je risque de ne pas trop savoir ce que c’est quand un client m’en parle. Mais j’essaye de me renseigner, en parlant au client ou avant qu’il ne revienne me voir, et souvent, je découvre plusieurs thèmes ou nouveautés que je n’aurais pas vu passer! Avec le client, je vais prendre le temps de poser des questions, on va fouiller ensemble; bien conseiller, c’est un travail d’équipe, finalement! Donc c’est ça que j’aime le plus : réussir à trouver le bon livre pour la personne qui a fait l’effort de venir en librairie. Et au minimum, si je ne connais pas un livre ou un genre, je vais prendre le temps de bien référer le client à un collègue qui a un intérêt pour ça. L’important, c’est que le client soit écouté et compris. C’est d’ailleurs assez rare que les gens viennent juste bouquiner pour le plaisir de bouquiner. Ceux-là, quand ça arrive, c’est un autre gros plaisir : j’adore pouvoir leur conseiller des livres qu’ils ne connaissent pas, aider les lecteurs à aller au-delà de leurs habitudes et leur offrir plus que ce qu’ils s’attendaient à recevoir en entrant dans la librairie!

 

Sabina Roman :Justement, diriez-vous que vous avez un « client idéal »?

 

Billy Robinson : S’il y en a un, c’est quelqu’un de curieux avant tout! Je peux comprendre qu’on développe un goût pour certains genres ou pour des auteurs spécifiques, mais quand on a fait le tour, c’est amusant d’aller voir ce qui s’écrit ailleurs! La littérature, elle a ça de spécial : elle peut toujours nous surprendre, et souvent, la surprise vient des livres dont on attendait peu! Donc le client idéal, selon moi, c’est quelqu’un à qui on peut recommander n’importe lesquels de nos coups de cœur, et il est capable de tout prendre et d’être agréablement surpris par tout ça. Et c’est comme ça qu’on réussit, comme libraire, à jouer un rôle important pour les auteurs d’ici! D’emblée, je pense à un gars comme David Goudreault, l’auteur de la trilogie de « La Bête » : c’est vraiment une proposition atypique, des romans très particuliers, qui ne seraient normalement pas tombés entre les mains de tout le monde. Or, c’est devenu une trilogie à succès. Au départ, l’auteur était quelqu’un qui n’était pas très connu, et ce qu’il faisait aurait été perçu par plusieurs lecteurs comme trop étrange, trop singulier… trop différent! Mais les gens ont commencé à le lire, souvent parce que des libraires comme moi, qui avaient pris le temps d’entrer dans son univers romanesque, se sont mis à le conseiller. Et, finalement, plein de lecteurs ont aimé ça! Bref, c’est ça qui me plait : arriver à surprendre les clients avec quelque chose qui, au départ, a l’air trop bizarre pour eux, les convaincre à prendre un risque, puis finalement, les faire basculer vers quelque chose qui va les faire triper. Dans le cas de David Goudreault, je suis très content de voir le succès que ses livres ont pu remporter; pour les avoir souvent proposés, c’est un peu comme une belle petite fierté personnelle!

 

Crédit photo : Sabina Roman

 

Sabina Roman : On parle d’une seule trilogie ici, mais comment gérez-vous la multitude de nouveautés à lire chaque saison?

 

Billy Robinson : Je ne gère pas! (Rires) En fait, c’est la beauté de la chose : on ne peut pas tout lire, heureusement! Il y aura toujours quelque chose à découvrir! Évidemment, comme libraire, j’ai la chance d’avoir plus facilement accès à tous les livres. Pendant l’année, surtout pendant certaines périodes, comme les rentrées littéraires, le début des saisons, je vais me concentrer sur les nouveautés, surtout si je peux les obtenir avant leur arrivée en librairie. Comme professionnel et spécialiste de la littérature québécoise, j’ai pu développer un réseau et acquérir une certaine notoriété comme lecteur et critique. Les éditeurs et les diffuseurs connaissent mieux mes goûts, et moi-même, j’ai appris à mieux me connaître aussi, donc je sais un peu mieux vers quoi me diriger, vers quelles maisons d’édition, vers quelles collections, etc.

 

Sabina Roman : Dans ce cas, auriez-vous une maison édition « chouchou »?

 

Billy Robinson : J’en ai plusieurs! Mais je peux dire qu’Alto et La Peuplade sont deux éditeurs québécois dont, d’emblée, je vais systématiquement vouloir lire ce qu’ils font paraître. D’ailleurs, ça devient de plus en plus difficile de suivre tout ce qu’ils font, parce qu’ils publient de plus en plus, et c’est tant mieux! Ça veut dire que les maisons vont bien. Évidemment, je reste quand même ouvert : d’ailleurs, j’ai réalisé que j’aime beaucoup lire les primoromanciers, découvrir de nouvelles voix. Souvent, quand on sait qu’on lit le premier roman d’un nouvel auteur, on s’attend presque à être déçu, on se surprend à faire la liste des « défauts du débutant », mais personnellement, je me dis qu’il doit y avoir quelque chose de beau là-dedans et que mon boulot, comme lecteur et comme libraire, c’est de le dénicher! Et de lire le livre pas seulement pour mon plaisir : chaque livre a son lecteur, je pense, et comme libraire, il faut être ouvert à tout, pour pouvoir aider nos clients.

 

Sabina Roman : Cette vision des livres et de la littérature que vous avez, a-t-elle un impact sur la Librairie de Verdun?

 

Billy Robinson : Je pense que oui, parce que j’ai la chance d’être dans une équipe où tout le monde aime se parler! On échange beaucoup entre nous sur nos lectures, parce qu’on ne peut évidemment pas tout lire. C’est donc quelque chose qui se ressent, à la Librairie de Verdun; du moins, je l’espère! Chaque librairie indépendante est aussi un peu différente des autres, notamment selon les gens qui l’habitent, soit les libraires, mais aussi la clientèle qui la fréquente, les gens du quartier, etc. D’ailleurs, il faut garder en tête que la librairie qui se trouve dans votre quartier est nécessairement la vôtre! Évidemment, toutes les bonnes librairies peuvent commander tous les livres qu’un client désire acheter, et c’est tant mieux, mais en même temps, si la librairie au coin de la rue, près de chez vous, ne propose pas vraiment le genre de livres qui vous plaisent, dites-vous qu’il y en a d’autres, peut-être un peu plus loin, qui se spécialisent peut-être dans vos genres favoris.

 

Par exemple, la librairie Le Port de tête a une équipe qui est très forte sur les essais, sur la philosophie, entre autres parce que c’est le quartier autour qui le demande. Donc si vous vivez ailleurs que sur le Plateau, mais que vous aimez beaucoup les essais, ça vaut la peine d’aller y faire un tour de temps en temps. À Verdun, on a de la chance, parce que le quartier est riche en culture, en démographie, en groupes d’âge. Ça crée toute une diversité vraiment plaisante, et ça paraît quand vous entrez dans notre librairie. On a aussi la chance d’avoir des locaux assez grands pour pouvoir accueillir toute cette diversité, car ça prend de l’espace sur le plancher pour les différentes sections. Il faut aussi être attentif à ce que la clientèle recherche; des fois, on peut être surpris! Par exemple, c’est le cas des magazines littéraires comme Nouveau Projet, une revue dont notre librairie est celle qui en vend le plus dans le réseau. Au début, on ne s’attendait pas vraiment à ce que nos clients nous la demandent, puis ça a pris de l’ampleur, et maintenant, on s’adapte à ce que la clientèle désire et on met les revues littéraires de plus en plus en évidence sur le plancher. Ce n’est pas pour rien qu’en ce moment, Nouveau Projet est en vitrine : les gens du quartier vont voir, en passant devant la boutique, que la revue est disponible ici. Bref, on réagit et on fait des essais. Il suffit d’être à l’écoute, comme lorsqu’on a décidé que les littératures de l’imaginaire devraient prendre la place qui leur est due; on l’a essayé, et on a pu voir des résultats positifs. Donc on va continuer à promouvoir la science-fiction et le fantastique, et c’est notamment pour ça qu’on a décidé de s’impliquer dans le Prix des Horizons imaginaires. C’est tout ça ensemble : du potentiel, de la demande, et aussi la possibilité de se démarquer grâce à des propositions uniques, qui plaisent à nos clients.

 

Sabina Roman : Parlant de l’imaginaire, comme c’est notre spécialité à nous : avez-vous des préférences? Et par « vous », je veux dire autant « Billy » que « la librairie »!

 

Billy Robinson : Je crois que ce que je vais répondre va valoir pour les deux! C’est sûr que j’en ai déjà beaucoup lu, mais je dirais que plus jeune, j’ai surtout été tourné vers le fantastique magique, la fantasy. Et surtout les romans pour la jeunesse, parce que je trouvais qu’ils permettaient plus facilement de s’y plonger. Par exemple, la série des Amos Daragon de Bryan Perro, j’ai lu tous les tomes, et ça ne fait pas très longtemps de ça! A priori, je ne fais pas du tout partie du public cible, mais j’ai accroché tout de suite et j’ai vite voulu tous les lire! Sinon, il y a les classiques de la science-fiction, un genre auquel je commence de plus en plus à m’intéresser. Je me suis rendu compte que c’était une littérature qui pouvait être bien plus accessible que ce à quoi je m’attendais; et pourtant, c’est un genre que j’aime beaucoup au cinéma…

 

Sabina Roman : Et quels sont vos coups de cœur au cinéma?

 

Billy Robinson : Au cinéma, c’est sûr que je suis avec attention tout ce qui sort de l’univers Star Wars! Puis, j’avoue avoir beaucoup aimé le premier film de La Matrice. Et je vais revenir à la question précédente, pour ajouter qu’en fantasy, mon livre fétiche, ça demeure les tomes qui composent la trilogie du Seigneur des Anneaux, dont j’aime aussi beaucoup l’adaptation au cinéma de Peter Jackson. Ces livres m’ont fait découvrir que la littérature pouvait être ce qu’elle est, c’est à dire intelligente, vivante et très originale. Puis, chaque fois que je les relis, pratiquement tous les cinq ans, j’y découvre toujours de nouvelles choses. C’est impressionnant quand même que cette œuvre traverse les années, parce qu’elle réussit toujours à te faire saisir quelque chose de nouveau. C’est ça qui est beau et qui est intelligent. Je pense que c’est quelque chose qu’on ne voit malheureusement plus très souvent aujourd’hui, parce que bien des auteurs et des éditeurs accordent de moins en moins de temps au processus créatif. Tolkien, il a pu prendre son temps, et ça se sent quand on le lit. Aujourd’hui, on dirait qu’il faut que tout aille plus vite, et ça ne peut avoir qu’un impact négatif sur les œuvres.

 

Sabina Roman : C’est vrai qu’aujourd’hui, on a cette impression d’être poussé à tout commencer le plus tôt possible, et le plus vite possible de faire carrière. Et pour les auteurs, de publier, j’imagine…

 

Billy Robinson : Oui! Que ce soit dans les romans ou dans les téléséries, il faut que ça bouge tout de suite, il ne faut pas que l’introduction soit trop lente, il ne faut pas que les séries durent trop longtemps. En fantasy, c’est un peu ça qu’on voit : les clients nous disent qu’ils voudraient bien commencer une série qu’on leur suggère, mais ils veulent être sûrs qu’il n’y a pas une tonne de livres à lire. Ils ne veulent plus des séries de 12 ou 13 tomes, contrairement à ce qu’on voyait il y a quelques années; les lecteurs qui viennent nous voir ne veulent pas s’embarquer dans un long voyage et prendre le temps de le terminer. Mais après tout, si la clientèle est comme ça aujourd’hui, c’est correct aussi, c’est signe que les goûts changent. Par contre, ce que je trouve amusant, c’est la réaction des éditeurs, qui ne sont pas fous et qui savent que s’ils tiennent une série qui est vraiment la bonne, ils doivent trouver un moyen de séduire des lecteurs réticents. Par exemple, ils vont proposer des intégrales, et plutôt que d’offrir la série en 12 tomes comme autrefois, ils vont la publier en quatre tomes, certes plus volumineux, mais seulement quatre quand même!

 

Sabina Roman : Par rapport au milieu de l’édition au Québec, que pensez-vous des maisons qu’on n’associerait normalement pas à l’imaginaire, mais qui commencent de plus en plus à en faire?

 

Billy Robinson : Moi, je suis content, parce que ça permet aux genres de sortir un peu du cadre, et plus il y a d’approches éditoriales différentes, plus ça offre des espaces aux auteurs pour proposer des œuvres qu’un seul éditeur n’aurait pas accepté de publier. Par exemple, si une maison d’édition fait normalement dans la littérature plus contemporaine et qu’elle est reconnue pour son approche stylistique de qualité, et qu’elle se met à publier de la littérature de genre, je me dis qu’au moins, comme lecteur, j’ai l’assurance que le roman va être édité avec soin. Il va y avoir une recherche, un travail sérieux de direction littéraire; bref, une rigueur qui, parfois, fait défaut, on ne se le cachera pas, chez certains éditeurs qui se spécialisent dans la littérature commerciale à laquelle on associe souvent l’imaginaire, où on va miser sur l’abondance plutôt que sur la qualité. Alors, que de nouveaux éditeurs, reconnus, se mettent à l’imaginaire, ça me plaît! Je pense que ça permet de décloisonner les genres, de rendre ces littératures plus accessibles, de les faire découvrir aux nombreux lecteurs qui les méconnaissent. Si un lecteur aime ce qu’Alto fait en romans réalistes, par exemple, je n’aurais pas peur de lui proposer un autre roman de la maison, et ce même si c’est de l’horreur ou de la science-fiction.

 

Sabina Roman : Et quel auteur serait votre coup de cœur dans les littératures de l’imaginaire au Québec?

 

Billy Robinson : C’est sûr qu’il y a Ariane Gélinas, que j’aime beaucoup! Dès ses premiers romans, elle m’a marqué par son originalité. C’est d’ailleurs une écrivaine très présente et active dans le milieu, qui a de la rigueur, qui a une façon d’écrire tout à fait sublime. Ses romans sont bien travaillés et ce qu’elle y propose est réfléchi. C’est quelqu’un qui est très à l’écoute de ce qui se passe, dont les romans atypiques demeurent très actuels. Ce que j’aime d’eux, c’est leur côté un peu classique, mais moderne en même temps. Je n’ai qu’à penser à sa trilogie des Villages assoupis; ça m’a complètement chaviré. Je trouve que c’est une trilogie qui est tout à fait unique, qui vient chercher un peu de nos peurs internes, en se basant sur les contes et les légendes nordiques du Québec. Et il y a sa façon d’écrire, à la fois si directe, mais en même temps très sensuelle!

 

Crédit photo : Sabina Roman

 

Sabina Roman : En boutique, quelles méthodes employez-vous pour promouvoir ou faire découvrir les genres de l’imaginaire?

 

Billy Robinson : Quand on réfléchit à la mise en place des sections, c’est important pour nous qu’il y ait vraiment un coin spécifique pour chacune, mais qu’en même temps, il soit facile pour les clients comme pour les libraires de passer d’une section à une autre sans trop de décalage. Donc, au-dessus du rayon, on a mis un panneau pour les littératures de l’imaginaire, et sur les tablettes mêmes, on a indiqué où sont les trois catégories importantes (science-fiction, fantastique, horreur). C’était aussi important pour nous que les littératures de l’imaginaire soient bien en vue, en compagnie des autres sections dédiées à la fiction. On ne voulait pas la mettre à l’arrière de la librairie, dans un coin caché, comme c’est parfois le cas.

 

Sabina Roman : Vous avez aussi fait cela avec le polar et la littérature queer, n’est-ce pas?

 

Billy Robinson : Oui, le but étant que toutes les sections littéraires se retrouvent les unes à côté des autres pour que ce soit plus simple de s’y retrouver et de conseiller nos clients, en passant d’un genre à l’autre. Par exemple, si on cherche un titre dans le rayon polar, on n’a qu’à se retourner pour être dans l’imaginaire. Bref, ça permet de proposer le dernier roman d’Ariane Gélinas à un lecteur qui nous a d’abord demandé le dernier de Patrick Senécal, et on n’a pas à traverser la librairie pour le faire. Le client qui ne serait pas allé fouiner dans l’autre rayon n’est donc pas surpris qu’on l’y amène, puisque toutes les sections sont voisines.

 

Sabina Roman : Et en promotion événementielle, à quoi ressemble votre calendrier?

 

Billy Robinson : C’est important pour nous d’organiser des événements. Quand j’ai été engagé, j’ai demandé à mon patron si c’était dans ses intentions qu’il y ait des événements organisés régulièrement, et il m’a répondu que oui, mais qu’on pouvait faire mieux. J’ai dit « OK, je suis votre homme! »

 

Je pense que la librairie doit être un milieu vivant, un lieu culturel, et que tous les genres doivent être représentés dans les activités qu’on organise, sans non plus se fier qu’au succès immédiat de l’événement. S’il n’y a que quelques personnes présentes, elles demeurent aussi importantes pour nous que si elles avaient été 200! On souhaite aussi, entre autres pour l’imaginaire et pour la poésie, proposer des événements pour mieux faire connaître ces littératures à nos clients et aux gens du quartier. Moi, je ne suis pas du genre à vouloir simplement organiser des séances de dédicaces juste pour des dédicaces, car ça ne fonctionne pas. Ça prend une causerie, une rencontre animée, où les gens peuvent écouter et découvrir les œuvres, puis être moins gênés après l’activité pour aller à la rencontre des auteurs. Je veux aussi que les activités soient tenues le plus régulièrement possible, pour donner l’habitude aux clients de surveiller le calendrier, de rester à l’affût des événements.

 

Crédit photo : Sabina Roman

 

Sabina Roman : Pour ce qui est de l’imaginaire, avez-vous des exemples d’événements que vous avez faits récemment?

 

Billy Robinson : On a eu la chance d’avoir l’annonce des finalistes du Prix des Horizons imaginaires en septembre dernier, et on a vu que les gens étaient au rendez-vous. Sinon, on a eu, l’an dernier, une activité sur les nouvelles fantastiques, avec Dave Côté, Ariane Gélinas et Éric Gauthier. Ça a permis aux curieux de découvrir de nouveaux auteurs québécois. Et dans quelques jours, on va recevoir les amateurs de science-fiction et de fantastique lors de la soirée « Joël Champetier, créateur d’univers », à laquelle tout le monde est invité! Les visiteurs pourront d’ailleurs se procurer des exemplaires de la revue Solaris ce soir-là, ainsi que plusieurs romans de Joël Champetier, ainsi que des auteurs invités qui participeront à la soirée, comme Patrick Senécal, Ariane Gélinas ou Geneviève Blouin.

 

Sabina Roman : Au fait, faites-vous des événements en lien avec l’imaginaire pour la jeunesse?

 

Billy Robinson : Non, sauf des activités spéciales sur Harry Potter. C’est en développement, mais on s’est rendu compte que les événements en jeunesse, mis à part les heures du conte, il n’y a pas grand-chose qui fonctionne. On a essayé, mais les gens se déplacent moins que ce à quoi on s’attendait. Je pense aussi que notre libraire jeunesse va moins du côté des littératures de l’imaginaire, pour l’instant. Il faudrait qu’on se mette sur des projets, mais je suis surtout concentré sur l’imaginaire adulte en ce moment!

 

Sabina Roman : Donc, si des gens ont des idées d’événements à vous suggérer, ils peuvent vous contacter?

 

Billy Robinson : Oui, tout à fait!

 

Sabina Roman : Et pour finir, une dernière question, pour savoir ce que vous pensez de la diversité des sections spécialisées : est-ce important d’en proposer plusieurs ou faudrait-il tout mélanger sans distinction?

 

Billy Robinson : Alors, oui, j’ai toujours trouvé que c’est important de ne pas faire trop de sous-catégories, parce que quand il y en a trop, ça porte à confusion pour les lecteurs et ça complexifie le classement en soi pour les libraires. Quand on choisit de mettre un exemplaire d’un livre dans une section plutôt que dans une autre, on ne peut pas vraiment mettre un autre exemplaire du même livre dans une autre section, puis une autre, puis une autre encore! Ça peut vite devenir problématique… Je trouve qu’il y a des secteurs où c’est une nécessité de faire des distinctions, pour décloisonner et mettre en valeur, comme on l’a fait, il y a quelques années, avec la littérature québécoise. Avant, toute la littérature contemporaine était ensemble : québécoise, française, américaine, etc. Certains pensent que c’est plus facile de s’y retrouver ainsi… Mais on finit par perdre toutes les particularités d’une littérature comme la nôtre si on la noie dans la production totale. C’est la même question qu’on se pose quand on prend ces décisions-là avec d’autres sortes de littératures que les corpus liés par la langue ou la culture nationale : par exemple notre section de littérature féministe. On a fait le test, et les gens l’aiment vraiment! De nombreux clients viennent nous voir pour y fouiller, car ils savent qu’ils vont y trouver quelque chose qui correspond à ce qu’ils aiment. Pour la section queer, c’est un peu la même question : est-ce qu’on ne vient pas tout simplement d’ajouter une cloison, de ghettoïser une partie de la communauté en faisant ça? Puis, on a décidé que non, que c’était important de montrer qu’il y a une couleur différente dans cette littérature, qui la distingue du reste, et que les romans qu’on va y retrouver ont des choses différentes à dire. C’était aussi important que ça soit visible sur le plancher : on donne de la place à nos sections, plutôt que de les rendre invisibles en les mettant dans la littérature générale. La même chose que pour le polar ou l’imaginaire, donc.

 

Sabina Roman : Merci d’avoir pris le temps de me rencontrer pour répondre à toutes mes questions! Je suis sûre que vos réponses vont en avoir éclairé plusieurs parmi nos lecteurs, et j’espère que ceux-ci prendront le temps de venir visiter la librairie et de voir par eux-mêmes tout le travail que votre équipe y accomplit!

 

Crédit photo : Sabina Roman

 

Révision : Mathieu Lauzon-Dicso

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *