Pages Menu
Facebook
Categories Menu

Posté par le 25 Avr, 2017 dans Romans et bandes dessinées | 0 commentaire

Survivre à l’apocalypse zombie à l’école

Survivre à l’apocalypse zombie à l’école

 

Par Xin Yue Liu

 

Les zombies, cauchemars récurrents des productions culturelles modernes, continuent de me captiver grâce à leur réalisme merveilleux. Ces monstres omniprésents à la télé et en littérature sont aussi de la partie dans School-Live!, une série de mangas adaptée du « light novel » éponyme de Norimitsu Kaihō, illustrée par Sadoru Chiba. Publiée à partir de 2012 chez Houbunsha et maintenant disponible en anglais chez Yen Press, cette série explore un monde sanglant où la civilisation humaine est mise à rude épreuve suite à une apocalypse zombie. Là, le désespoir règne, et faisant face à la mort et à l’horreur quotidiennes, quelques survivantes du lycée privé Megurigaoka persistent à survivre grâce à la création d’un club scolaire. Chaque membre du club y contribue à sa manière par sa personnalité distincte : Yuuri Wakasa, responsable et organisée, planifie les activités et le budget ; Kurumi Ebisuzawa, l’athlétique, est chargée de la protection, aidée en cela par Miki Naoki, la mature, qui lui prête main-forte ; Yuki Takeya divertit ses amies de la cruelle réalité par son optimisme contagieux ; Megumi Sakura, l’enseignante superviseure du club et sans oublier, Taroumaru, le chien-mascotte, complètent l’équipe. Malgré tout, les survivantes continuent d’adopter une attitude positive face à leur quotidien complètement bouleversé.

Crédit photo : Xin Yue Liu

Personnellement, j’ai vécu une expérience agréable en lisant cette série. Le visuel de School-Live! est l’un des éléments les plus réussis de la série, un aspect déterminant pour l’appréciation de n’importe quel manga ! Mais pour être honnête, je dois avouer que j’ai commencé la série avec un a priori bien positif, parce que j’ai tendance à préférer le style « moe », qui met en scène des personnages mignons. School-Live! m’attirait donc avant même que je ne le lise, puisqu’il correspond à ce style. Toutefois, au-delà du dessin détaillé très réussi, l’histoire m’a totalement subjuguée. Celle-ci se déroule à une cadence efficace, même si l’auteure prend le temps de bien développer ses personnages, comme Yuki Takeya, qui vit toute une métamorphose quant à sa personnalité.  School-Live! propose des personnages dynamiques aux personnalités attachantes ; on s’intéresse immédiatement à l’évolution de chacune des lycéennes et on veut savoir comment elles continueront d’interagir les unes avec les autres. D’ailleurs, contrairement à beaucoup de mangas aux personnages principaux invincibles, School-Live! met en scène des personnages réalistes. Les jeunes filles ont des moyens de défense limités, qui les restreignent souvent, et leurs réactions face aux imprévus sont conformes à leurs personnalités.

 

J’ai souvent lu des mangas dont les personnages se retrouvent dans un état déplorable, mais réussissent tout de même, lors des conflits, à écraser leurs adversaires soudainement, grâce à un sursaut d’énergie peu naturel… comme s’ils ne pouvaient pas gagner la bataille sans subir blessures et humiliations. Je préfère l’approche de Norimitsu Kaihō, qui propose plutôt des personnages dont les capacités ne sont pas celles de superhéros invincibles…

 

Bien que l’école est un décor récurrent dans les mangas, la série School-Live! a réussi à m’étonner par la présentation originale qu’elle en fait, en faisant quelque chose qui dépasse le simple cadre scolaire habituel. Certes, l’histoire tourne autour de la menace constante des zombies, mais le club scolaire que les filles ont créé ajoute une touche de légèreté dans leur quotidien survivaliste. L’école, autrefois ennuyante ou sévère, devient un refuge, un havre où l’amitié, la joie et l’espoir peuvent perdurer. Les filles font donc de leur mieux pour reproduire la vie qu’elles menaient auparavant et elles s’unissent au quotidien, avec enthousiasme, dans ce club scolaire qui leur sert de bouée de sauvetage. C’est exactement cette légèreté et cette réappropriation du milieu scolaire qui m’ont le plus séduite.

 

Plus l’histoire avance, plus les lycéennes « terminent » leurs études au lycée, avant de rejoindre « l’université », un institut qui les prépare pour leur futur dans la société qui émerge à la suite du cataclysme. Même dans un monde déchu, l’université accomplit son rôle en permettant aux étudiantes d’apprendre à survivre et de rencontrer d’autres survivants. Là, les filles découvrent qu’en plus d’avoir à se protéger contre les morts-vivants, elles doivent aussi se méfier des humains. Après tout, lorsque les lois et les normes d’autrefois ne s’appliquent plus, il n’y a plus grand-chose pour retenir les individus les plus fanatiques de prendre le dessus.

Crédit photo : Xin Yue Liu

Malgré la terreur environnante, les étudiantes vivent tout de même avec le sourire aux lèvres. C’est surtout cet optimisme touchant qui les rapproche des lecteurs. Être témoin de leur évolution a donc été un immense plaisir pour moi durant ma lecture. Le fait que les personnages de School-Live! doivent lutter de toute leur force pour survivre, au lieu de soudainement découvrir qu’elles ont certains pouvoirs que je n’aurai personnellement jamais me plaît énormément, et me rassure presque en cas d’une vraie invasion de zombies ! L’illusion que ces étudiantes peuvent être n’importe quelle personne de mon quotidien, moi comprise, m’a aidée à m’immerger dans leur univers postapocalyptique.

 

Bref, School-Live! est un manga plein de surprises qui mérite bien qu’on parte à la rencontre de ses personnages attachants. Une adaptation en animé existe aussi pour ceux d’entre vous qui préfèreraient essayer dans un autre format cette série que je vous recommande chaudement, avant de s’y engager pleinement dans les livres.

 


 

Xin Yue étudie en sciences au Collège Marianopolis depuis l’automne 2015. En plus de sa passion pour la biologie, elle adore s’immerger dans les mondes imaginaires, et ce, depuis sa plus tendre enfance. Au fil des ans, elle a exploré divers genres et registres, allant de la fantasy au roman de détective, de la comédie à la tragédie, naviguant entre le roman, le manga et l’animé, et les autres œuvres télévisées. Son expérience positive au Prix littéraire des collégiens en 2015 en tant que jurée l’a motivée à participer au projet des Horizons imaginaires.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *